roses-0m-blog.jpg 

Après L’humidité des triangles étudiés dans la vallée du Lot en 2005, je poursuis mes observations cette année pas très loin des sources de La Loue avec ma Proposition triangulaire qui n’aurait sans doute pas déplu à Charles Fourier à qui je la dédie volontiers. Il ne faut pas y voir un goût immodéré pour la géométrie, mais plutôt une passion géographique pour la figure de l’espace des délicieuses perditions. Figure, figure ce n’est rien d’autre qu’une manière de parler, car, depuis le temps on doit commencer à savoir qu’elle ne m’intéresse guère. Si je suis violemment contre sa dissimulation, je suis tout aussi contre cette manière d’y remonter le corps tout entier. Sans être contre tout, je suis contre beaucoup, ce qui me fait toujours rigoler, jaune parfois. Ici c’était le pays de l’heure avant la fermeture des usines, maintenant me voilà embarqué dans quelques bisontineries  dont la moindre n’est pas le tableau de mon cher Lukas conservé au musée de la ville situé Place de la Révolution (sic). Le 30 juin, je lui rendrais hommage à la belle dame presque toute nue couchée sur les plants de fraisiers, allez la voir, elle vaut le déplacement. Mon hommage sera modeste et rapide, ce sera un Pavé dans la mare qui fera peut-être taire les grenouilles de bénitier.

PAUL ARMAND GETTE

PROPOSITION TRIANGULAIRE du 30 juin au 10 août 2007 LE PAVÉ DANS LA MARE, 7, place Victor Hugo, 25000 Besançon Exposition ouverte du mardi au samedi e 14h. à 18h. Entrée libre

technorati tags:

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 256 user reviews.

2 réflexions au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *