Malgré de perpétuelles dénégations, quelques critiques continus de m’affubler de qualificatifs qui n’ont jamais été les miens. Je n’ai jamais été «ingénieur» et j’ajouterais volontiers heureusement. Ceux qu’il m’est arrivé de rencontrer ont toujours été d’une grande prétention et d’une bêtise au moins aussi grande. Une vérification, facile à faire, auprès des établissements qui délivrent ce titre, montrera que je n’ai jamais mis les pieds dans aucun. Ne pourrait-on pas se contenter de ce que je dis et me considérer comme ce que je suis : un artiste autodidacte. Pourquoi chercher de mauvaises raisons à ce que je fais ?

Mon emploi, dans ma pratique de l’art, de très simples méthodes empruntées à quelques sciences a peut-être surpris la partie la plus stupide de la critique. J’ai pourtant dit et redit pendant cinquante ans que je déplorais les frontières établies artificiellement entre sciences et arts et que j’étais bien décidé à ne pas les respecter tout en me situant sans ambiguïté dans l’espace de l’art. J’ai toujours pensé que certains amoureux des sciences étaient bien des artistes, peut-être sans vouloir l’admettre, mais des artistes quand même, et je n’ai pas manqué d’en donner de nombreux exemples de Carl von Linné à Adanson en passant par d’Orbigny ou Zingg, je pourrais y ajouter Nabokov et Jünger qui étaient aussi grands écrivains qu’entomologistes et que l’on ne vienne pas me raconter que la Littérature n’est pas la Peinture. Il faudra bien un jour se débarrasser de cette horrible manie de boutiquier qui veut que tout soit en ordre dans des tiroirs bien étanches.

On aura compris que je suis contre l’ordre, farouchement contre, et que l’art n’en a rien à en foutre, de l’ordre !

 

technorati tags:

 

Average Rating: 5 out of 5 based on 291 user reviews.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *