artemisia-Artémis blog

Monsieur insiste et joue les obstinés, à peine sorti de ton château te voilà en train de nous donner ta musique préférée au pays de Rubens. Dans la citée des diamants tu ne caches pas tes intentions, tu annonces la couleur sans ambiguïté, les Menstrues de la déesse s’étalent sur ta carte d’invitation surmontant il est vrai ton emprunt à Lukas Cranach le Fontis Nympha sacri somnum ne rumpe quiesco que tu avais, entre autre, installé dans les toilettes du MNAM à Paris lors de l’exposition « Féminin masculin », tu t’imagines peut-être que les gens s’en souviennent. Nous voilà beau avec tes subtilités que tu es le seul à comprendre, heureusement que je suis là, sans moi tes allusions ne dépasserais pas ton entourage, et encore !

Décidemment tu les enchaînes tes célébrations. Trois jours après le château, tu remets ça à Anvers et là tu reviens à la forme « classique ». Les menstrues tu les offres à Aphrodite en te faisant assister par Eline et Astrid. Je suis chaque fois étonnée que ces jeunes filles à qui tu n’expliques pas grand chose et que la plupart du temps tu n’as jamais rencontré précédemment soient si bien en harmonie avec le sujet que tu proposes, il est vrai qu’elles sont directement concernées. Elles y ont apporté une touche tout à fait personnelle quand elles ont écrasé les fraises sur le bloc, c’était très évocateur d’une caresse un peu appuyée pratiquée avec une grande attention.

Tu nous a fait « une rétrospective » d’un de tes sujets préférés ou plus exactement une mise au point, tu as de la chance qu’Annie Gentils t’ai laissé libre, c’est assez rare aujourd’hui pour être signalé.

J’ai entendu un jeune garçon qualifier ta prestation de manière pas très élogieuse, il la trouvait « dirty » le cher ange, il faudra lui frotté les yeux pour les lui ouvrir, mais avec quoi ?

Tu pourrais peut-être faire une proposition, tel que je te connais, je ne serais pas surprise que ce soit le beau coulis de framboise qui remplissait les mains des demoiselles.

Tu t’amuses à faire des jeux de mots en titrant ton dessin mural Artemisia sur Artémis, méfie-toi quand même de la déesse tu as beau écrire que tu es son artiste préféré, elle pourrait bien te faire pousser quelques bois si tu vas trop loin.

Average Rating: 5 out of 5 based on 289 user reviews.

Une réflexion sur «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *