Fantômes

Ma petite chronique n’a pas eu le don de plaire à tout le monde après Tenebria dont la plume frémit d’impatience, Aphrodite et Artémis ont dépensé des fortunes en me téléphonant. Je les ai foutu en rogne mes déesses avec mes histoires de fées. Il fallait les entendre gueuler en chœur, pour une fois elles étaient d’accord pour me souhaiter ma fête.

– On épargne Monsieur, on le laisse assister à nos bains sans le moindre risque, et dès qu’on tourne le dos, Monsieur va courir la fée. On va t’en foutre aux fesses, nous, des fantômes et pas de fée en plus.

Je reste encore aujourd’hui abasourdi par ces reproches injustes, par cette jalousie féroce, par cette langue vulgaire et encore, je n’ai pas tout compris, elles gueulaient en Grec. J’en ai des cauchemars, je me réveille trempé de sueur d’avoir couru dans les bois pour échapper à ces saloperies de chiens, tout ça parce que j’ai renoué avec mes petits fantômes de fée.

Je ne suis pas divin, moi, je ne suis pas amateur de la grande tragédie ni de cris et hurlements antiques, même mon Etrusque me faisait des reproches ! Moi qui parlais de reprendre la main, je crois que je vais la laissée passer.

La main passe.

Qu’est ce que c’est cette connerie, a-t-on jamais vue une main passer et où je me demande ?

Elles rigolent mes déesses. Elles, les immortelles sont mortes de rire. Aphrodite me susurre à l’oreille « essaye sous les jupes des fées ».

Average Rating: 5 out of 5 based on 212 user reviews.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *