Recommandations


J’ai passé beaucoup de temps à vous proposer des distractions, des pas chères à la portée de tous. Rappelez-vous les coloriages (d’aréoles) à proposer au cours des réunions de familles, ou encore le toucher du modèle qui n’est pas plus compliqué, il faut trouver dans l’assemblée une (un) volontaire et poser la question : « puis-je vous toucher ? Mais après, il n’y a plus de problème. Non, tout s’arrête et on en parle plus, oui et vous pouvez procéder à l’attouchement, il est alors conseillé de le pérenniser par une photographie en tant que souvenir de l’évènement.

Qu’est-ce qu’on peut toucher ?

Ma foi, je ne sais pas trop, vous pouvez procéder par étapes et avant la prochaine reposer la question. Généralement le public est très attentif et dans l’exemple que je viens de prendre, la distraction reste familiale, la patrie n’a pas à s’en mêler et le travail n’est pas trop grand. La morale est sauve, vous avez la permission.

J’ai expliqué tout ça en long et en large, de vive voix et dans mes publications, ceci ne constitue qu’un rappel pour vous rafraîchir la mémoire ce qui est de circonstance en été, bien que cette année il ne fasse pas très chaud. Bon si le modèle a froid vous proposerez le toucher à l’intérieur de la résidence de vos vacances, sous la tente c’est plus difficile, quoique, mais surtout n’oubliez pas la permission, sans elle vous ne seriez qu’un malotru et non pas un artiste.

Appel de Tenebria :

– Ça te reprend tes foutraqueries, c’est la chaleur qui te liquéfie les neurones ou plutôt l’abus des « Spritz » que tu as pris l’habitude de boire à Venise. Périodiquement tu nous les ressorts tes divertissements. Tu as vu où ça te mène, ton Toucher de la Nymphe, ils lui ont collé la perpétuité les vigilants gardiens de l’art, ils l’ont foutu au trou bien à l’abri des rayons du soleil. Heureusement qu’ils sont là les dévoués fonctionnaires, sans eux tous tes bazars se feraient bouffer par les photons, les générations futures n’auraient aucune chance de pouvoir contempler tes jolies découvertes.

Dit Paulo, comme le disait Isabelle au bord de la Savoureuse, quand est-ce que tu me la poses ta question ?

Au pied de la cascade ou ailleurs, quand tu veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *