Ah, mon cher Cranach, vous ne vous attendiez certainement pas à celle-là, pas plus que la justice d’ailleurs, que j’écris avec un petit j parce que je n’y crois pas. Je me suis laissé emporter ce n’est pas en elle que je ne crois pas mais en celles (ceux) qui font profession de la rendre comme si à un moment ou à un autre on l’avait confiée à ces petits prétentieux qui osent prétendre être juge en leur âme (d’où sort elle celle-là ?), et conscience (ça c’est un peu fort « ce avec science » !). Je veux bien que tout un chacun émette des opinions mais de là à s’appuyer sur l’ignominie des lois pour décréter ceci ou cela affublé d’une vêture de carnaval devrait en faire réfléchir plus d’un et les dégoutter à tout jamais de pouvoir se livrer à de telles sinistres simagrées.

Cher Lukas, votre Dame est bien charmante et il n’était pas nécessaire de la doter d’une grande épée et d’une  petite balance, par contre quelle finesse dans le léger voile dont vous l’avez drapée. Quel drôle de titre qu’allégorie de la justice, c’était pour faire plaisir à votre copain Luther ou pour calmer les chats fourrés de votre temps ? Je vous dirais, entre nous, que je m’en fous, que votre jolie Dame me plait bien. Heureusement que vous ne vivez pas aujourd’hui, car figurez-vous nous avons des jugesses qui vous auraient sans doute allégrement foutu au trou.

Rassurez-vous ce n’est pas sur votre tableau que j’ai posé la main, c’est sur l’affiche qui exhibait votre Dame dans les rues de Paris. Si je me suis permis ce geste un peu familier c’est en raison de la longue fréquentation que j’ai de vos Nymphes à la fontaine et que de toute façon, je demande toujours une permission, qui m’est parfois accordée, avant de faire quoique ce soit.

Average Rating: 4.9 out of 5 based on 199 user reviews.

3 réflexions au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *