samia3-blog.jpg

J’ai reçu, il y a quelque temps via Jean Sellem une image de Soumia Khé qui a retenu particulièrement mon attention, elle me fit penser de suite à Lola de Valence, non pas la lourde danseuse peinte par Manet, mais à celle du poème de Baudelaire:

« Mais on voit scintiller en Lola de Valence

Le charme inattendu d’un bijou rose et noir. »

Rarement l’ob-scène a atteint une telle perfection en si peu de mots. Le rose y occupe la place la plus scandaleuse qui se puisse imaginer et l’image reçue me semble dotée des mêmes qualités.

Je n’hésite pas, concernant le poème et l’image, à utiliser l’orthographe fautive d’ob-scène que j’ai faite mienne depuis plusieurs années et qui donne au mot une signification différente de celle des dictionnaires. Je déplace ainsi ce que je qualifie, le situant hors de la scène contraignante des convenances liberticides qui nous sont imposées par l’imbécillité des législateurs.

De galvaudages en privations de liberté, l’imaginaire est soumis à rude épreuve. Il ne fait aucun doute qu’une volonté tenace d’asservissement des peuples se dissimule derrière ces atteintes insidieuses à la diversité d’être et de penser.

 

technorati tags:

 

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 247 user reviews.

loukoum-voeux-blog.jpg

 

Après un départ un peu fracassant de Tenebria Lupa agacée par cette période de vœux, de toute façon elle préfère « auguri » à vœux, bien que je lui fisse remarquer qu’ainsi elle emprunte plus au latin qu’à son Etrurie natale, bref après un rapide baiser, elle a claqué la porte. Je m’étais bien douté qu’elle était plus Artémis qu’Aphrodite, mais maintenant je vais être contraint au monologue alors qu’il était si agréable de pouvoir râler à deux.

J’ai envoyé à mes amis un loukoum  agrémenté d’un :

2009 – Année rose et sucrée !

Ce que je voudrais dire aux autres, à ceux qui ne sont pas mes amis, c’est que je la leur souhaite noire et gluante l’année 2009, qu’elle leur colle aux pattes et les entraîne dans le gouffre des pires catastrophes.

Oufa (en souvenir de Tenebria), je me sens mieux et comme ceux que je déteste sont incommensurablement plus nombreux que mes amis, ma satisfaction est à la hauteur des désastres qui ne vont pas manquer de fondre sur eux.

Vous venez d’assister à une première. Jamais je n’avais osé dire le fond de ma pensée, ceci dit, je vous l’offre quand même le loukoum rose d’Aziyadé, même si elle n’en a pas encore léché le coin.

 

technorati tags:

 

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 172 user reviews.

Chère Mademoiselle

Ah ! Mademoiselle Béatrice

Quel métier que le nôtre, toujours en représentation ou plutôt en exposition ce qui est à peu près la même chose.

Et pourquoi me direz-vous ?

Pour ne même pas gagner sa vie, pour donner à nos contemporains de quoi ne pas complètement désespérer. Et encore, ils s’en foutent de nos raisons d’espérer. Nous sommes des utopistes, des sauveurs que personne ne veut rencontrer, nous apportons un je ne sais pas trop quoi, que nous sommes les seuls à croire indispensable. Pourtant il va bien falloir en passer par là pour ne pas devenir la proie des jolis prédateurs qui veulent notre peau.

Vous m’avez fait oublier les exuvies de vos larves avec ce que vous dites aujourd’hui de la robe dont vous m’entretenez depuis longtemps, elle commence à me faire peur cette robe de feu, bien que j’ai toujours envie de la voir. Peut être un jour la sortirez-vous de votre boîte que je qualifierais volontiers d’être « à malices ».

Quel plaisir de vous entendre évoquer une possibilité d’aventure modèliste, même si vous la situez dans un futur qui semble lointain. Sachez, Ma Chère Demoiselle, que j’ai passé ma vie à attendre et que je m’en trouve relativement bien. Alors nous avons le temps n’est-ce pas, d’attendre les beaux jours pourquoi pas, vous laisserez derrière vous vos exuvies, votre robe peut-être et vous serez ce que vous avez envie d’être.

Ce n’est pas moi qui vais vous contrarier.

Je comprends que vous ayez peur de cette robe, alors il ne faut plus jamais la mettre, quant à vos petits objets, j’en ai toujours un sur ma table, je le vois tous les jours et toutes les nuits, je vous ai déjà dit ce que j’en pensais, plus je le regarde plus je le trouve intime en quelque sorte. Ce fragment de tissus noir « arachnéen » (à la réflexion il ne pouvait pas en être autrement) et ces élastiques blancs en font une cage pour jambes beaucoup plus que pour araignée. C’est un objet fantasmatique à moins que 4h du matin soit une heure favorable au rêve.

 

technorati tags:

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 169 user reviews.

Je n’ai pas pour habitude de féliciter les services publics, par définition ils sont à notre service. La poste n’ayant pas pour mission d’être poète, elle n’a que plus de mérite à l’être, jugez-en par vous-même !!!

 

vide-blog.jpg

 

 

Average Rating: 5 out of 5 based on 186 user reviews.

linne.jpg

 

Tuula Närhinen me signale une bien étrange particularité figurant sur un portrait de Carl von Linné, l’entrebâillement de la redingote laissant voir la chemise un peu fripée lui semble des plus évocateur. Qu’elle soit très vivement remerciée pour l’acuité de son regard !

 

technorati tags:

 

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 198 user reviews.

Malgré de perpétuelles dénégations, quelques critiques continus de m’affubler de qualificatifs qui n’ont jamais été les miens. Je n’ai jamais été «ingénieur» et j’ajouterais volontiers heureusement. Ceux qu’il m’est arrivé de rencontrer ont toujours été d’une grande prétention et d’une bêtise au moins aussi grande. Une vérification, facile à faire, auprès des établissements qui délivrent ce titre, montrera que je n’ai jamais mis les pieds dans aucun. Ne pourrait-on pas se contenter de ce que je dis et me considérer comme ce que je suis : un artiste autodidacte. Pourquoi chercher de mauvaises raisons à ce que je fais ?

Mon emploi, dans ma pratique de l’art, de très simples méthodes empruntées à quelques sciences a peut-être surpris la partie la plus stupide de la critique. J’ai pourtant dit et redit pendant cinquante ans que je déplorais les frontières établies artificiellement entre sciences et arts et que j’étais bien décidé à ne pas les respecter tout en me situant sans ambiguïté dans l’espace de l’art. J’ai toujours pensé que certains amoureux des sciences étaient bien des artistes, peut-être sans vouloir l’admettre, mais des artistes quand même, et je n’ai pas manqué d’en donner de nombreux exemples de Carl von Linné à Adanson en passant par d’Orbigny ou Zingg, je pourrais y ajouter Nabokov et Jünger qui étaient aussi grands écrivains qu’entomologistes et que l’on ne vienne pas me raconter que la Littérature n’est pas la Peinture. Il faudra bien un jour se débarrasser de cette horrible manie de boutiquier qui veut que tout soit en ordre dans des tiroirs bien étanches.

On aura compris que je suis contre l’ordre, farouchement contre, et que l’art n’en a rien à en foutre, de l’ordre !

 

technorati tags:

 

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 237 user reviews.

marthe-blog.jpg 

 

Feuilleter un album de cartes postales consiste à regarder un livre d’images, les lire vous plonge dans de belles histoires. On ne devrait plus en écrire, elles se font toutes seules.

Avis aux petits auteurs à la gomme, vous pouvez ranger vos plumes ou fermer vos ordinateurs, vous êtes battus d’avance. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 282 user reviews.

voeux-2008-blog.jpg

Average Rating: 5 out of 5 based on 242 user reviews.

sabine2-blog.jpg

 

Vous m’avez fait revenir en Grèce, enfin plus exactement dans la boîte où je range mes images grecques, alors que je n’en avais pas terminé avec mes seuls souvenirs romains agréables. La Villa Medici pue l’académisme et sans Sabine et vous je m’y serais ennuyé à mourir. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.9 out of 5 based on 163 user reviews.

drape2-blog.jpg

 

La ville avait un beau musée archéologique, vous y étiez sous forme d’une copie romaine avec une étiquette annonçant : Aphrodite Fréjus ! J’étais bien rêveur devant ce bel effet de drapé mouillé que le copiste avait si bien rendu. Vous étiez une copie puisque Fréjus, sans que je sache où pouvait se trouver la première copie, la Grecque. Voyez vous, ma chère déesse, je suis toujours très interrogatif vis-à-vis de la copie, ce qui explique ma passion pour la photocopie… Continuer la lecture de

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 283 user reviews.