La chaleur tue ?

Pas plus que la connerie et là nous sommes aux premières loges.

Beau titre n’est-ce pas, bien que ces deux interrogations à la suite l’une de l’autre soient peut-être un peu excessives. Le « peut-être » dérange-t-il à son tour en tant que signe d’incertitude interrogative et pour faire bonne mesure, la « connerie » évoquée précédemment ne serait-elle pas un peu crapuleuse?

Ceci énoncé pour donner le climat général de cet été, j’aimerais dire que l’art n’est pas uniquement prétexte à contemplation et que ce que nous avons mis en place avec Didier Trenet à Alès (A propos de Casanova) est un exemple de rencontres qui me semble particulièrement satisfaisant sans que l’on puisse parler d’œuvre commune. Ces compliments sont là uniquement pour devancer ceux que nous ne manquerons pas de recueillir (vlan!)

Evitant de trop longues concertations nous avons laissé la porte ouverte à de possibles rencontres. Deux me semblent particulièrement réjouissantes : Apologie de la distance et Cendrillon l’après-midi. Continuer la lecture de La chaleur tue ?

L’intimité en question

Sylvie 2 blog

C’est bien beau d’intituler « Conversation intime » l’exposition qui ouvrira en juin au musée des beaux-arts de Beauvais, avec trente participants, l’intimité risque d’être un peu bousculée. Je vais encore me faire engueuler par Tenebria qui me reprochera de me fourrer dans d’impossibles situations. Pourtant l’intimité, je la fréquente chaque fois que je rencontre la liberté du modèle. Impossible de faire autrement, pour en saisir les détails la proximité est indispensable. Continuer la lecture de L’intimité en question