Bonjour Mademoiselle
TL – Ton histoire de liberté ne devient-elle pas un peu floue depuis que tu doutes de la position de celles (ceux !) que tu appelais « modèles » depuis 1991 ?
PA – C’est toi la critique et c’est moi que tu interroges pour que je remplisse ta fonction ?
TL – Ah, je t’en prie, sois un peu correct, je ne te demande pas de remplir quoi que ce soi.
PA – Dieu gracieux ! Qu’ai-je fais pour avoir une sœur pareille et étrusque en plus.
TL – Etrusque certainement, ta sœur c’est toi qui le dit, c’est possible après tout, et si tu continus d’en parler, on va se retrouver en tôle tout les deux et dans ton pays on y sépare les femmes des hommes et sœur ou pas, je ne te verrais plus.
PA – Je préfère revenir à ta question. Nous en discutons avec Rrose, Mylène et Gabriela, nous avançons dans cet espace qui est un peu comme celui qui figure dans le haut de la carte de Tendre où après avoir traversé « la Mer Dangereuse » on aperçoit le début d’un continent marqué justement « Terres Inconnues ».
TL – Ça y est, le voilà parti. Comment vais-je faire pour le ramener ?
PA – Je suis toujours là, rassures-toi. Je pensais à La Grande Demoiselle…
TL – D’où sort-elle celle-là, encore une de tes amies que je ne connais pas ?
PA – Mais non, Mademoiselle de Scudéry vivait au 18ème siècle et c’est elle qui a inventé la carte du Pays de Tendre.
TL – Je n’en ai rien à foutre de sa carte, et on ne dit pas « de » mais du.
PA – Mademoiselle avait écrit « de Tendre » et pas du, alors…
TL – Misère ! On est en 2014 Paulo.
PA – Je sais, mais je cherchais une comparaison. Peut être avait-elle pensé à la même chose que nous, une terre où on ne saurait pas très bien ce que l’on va y découvrir.
TL – Il est fou ce mec, de chercher des découvertes avec ses demoiselles et en plus il a foutu sa carte à l’envers. Paulo, il faut te reposer un peu.
PA – Je ne suis pas fatigué et au dernier moment, j’ai pensé qu’étant donné notre sujet, il était plus logique que le fleuve Inclinaison coule de haut en bas, qu’en penses-tu ?
TL – Oufa ! Avec un truc comme ça, si tu as trois lectrices je me fais curé.
PA – Non pas curé, nonne.
TL – Si tu veux. Je te plairais en tant que nonne ?
PA – Ô oui.

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 243 user reviews.

PA – La censure n’est pas seulement officielle, elle exista aussi beaucoup plus insidieusement. Je connais bien les réticences suscitées par la liberté du modèle ou ma manière de vouloir présenter le résultat de mes recherches lors de mes manifestations.

TL – Tu sais très bien ce qui dérange les contemplateurs de ton œuvre, comme tu les appelles, dans tes relations modélistes, c’est le toucher beaucoup plus que l’exhibitionnisme ou la mise en évidence (acceptée !) du voyeurisme qui déjà abolissait une distance. Avec le toucher tu franchis les derniers centimètres séparant ce qui se fait de ce qui ne se fait pas, tu bouscules ce que la morale (mais quelle morale ?) a érigée comme interdit. Quant à ta « manière » elle ne correspond pas à l’idée qu’ils se font de ce que doivent être les bonnes. Depuis que Monsieur Marcel leur a dit qu’ils faisaient le tableau, ils veulent aussi le présenter à leur façon et la tienne ne correspond pas à la leur. Jusqu’à maintenant ils pouvaient au moins choisir le cadre et voilà que tu leur enlèves jusqu’à ce petit plaisir. Ils ont l’impression que tu les prends pour des cons. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 170 user reviews.

Ce matin, photographies de fleurs de Paeonia un peu lasses, c’est ainsi qu’il est évident de comprendre ce que me disait Yumiko au Japon, que cette fleur représente la féminité et non pas la rose comme c’est souvent  le cas en occident. Ce n’est pas la première fois que je pratique le toucher du modèle de cette façon et chaque fois me revient en mémoire ce que j’avais entendu à Fukuoka.

TL – Je t’observais tout à l’heure pendant tes inconvenants touchers, et moi aussi, en te voyant, j’entendais et comprenais ce que te disait Yumiko, je constate aussi que tu arranges un peu les choses accentuant ainsi ce que tu veux leur faire dire.

PA – C’est l’art cet arrangement… Continuer la lecture de

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 239 user reviews.


(image de ma main dénouant le corsage de Catherine B.)

TL – Comme d’habitude tu t’en est tiré avec une pirouette, j’attendais avec curiosité ce que tu allais bien pouvoir toucher pour te renouveler et tu m’as tendu ta boîte de sucrerie avec un sourire qui en disait long sur ta satisfaction. Je te ferais toutefois remarqué que le toucher de la petite culotte tu nous l’as servi plusieurs fois déjà…

PA – celles-ci ce sont des bonbons et je te signale que je n’avais jamais pratiqué ce genre de toucher. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 286 user reviews.


L’avantage de l’écriture sur les images, c’est que vous pouvez raconter cent fois la même chose tout le monde s’en fout et certains vont jusqu’à trouver dans cette obstination un charme, une qualité qu’ils n’accorderont jamais à l’image répétée.

Ce beau discours pour vous dire que je peux écrire sans problème mais qu’il faut que je fasse extraordinairement attention à ne pas vous coller trop souvent la même image sous l’œil. Dès le départ (je me demande bien de quoi !) j’ai pris la précaution de diversifier mes sujets et les moyens de les traiter. Avec moi pas moyen de vous référez au coup de pinceau pour savoir si c’est bien de moi ! Mais là où j’ai touché le cœur de la cible c’est avec La liberté du modèle. Jamais personne n’était arrivé à une telle économie de moyens doublée dans un accord parfait d’une intimité débarrassée de tout sentimentalisme. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 299 user reviews.


Le 13 mai 1998 Hui-Kiang m’offrit une boite rose contenant trois carnets de forme triangulaire que j’ai admiré très souvent sans oser les toucher. Depuis le 23 novembre, je dessine très rapidement sur chaque feuille un mont de Vénus et j’ai commencé à couvrir deux carnets le grand et un petit. Puis j’ai continué à dessiner (je pourrais dire écrire) sur le dernier. J’avais ainsi répondu à ce que mon cadeau appelait.

C’est aussi ça une pratique du dessin, non pas automatique mais litanique à cause de la répétition du sujet. Cela rejoint la liberté du modèle, mais qui est le modèle ? C’est aujourd’hui la question que je me pose. Ces dessins sont aussi une rencontre distanciée entre Hui-Kiang et moi qui pourrait être rapprochée de ce que nous avons fait avec des fruits ou des fleurs il y a longtemps. Je vous en parle et vous n’en avez rien vu, ce qui n’est pas forcément un inconvénient. Les mots vont stimuler votre imaginaire et le jour où je vous montrerais, peut-être, nos images, vous pourrez me dire ce que vous en pensez, non pas d’elles, mais de ce que vous aviez imaginé.

C’est quand même d’une grande délicatesse de ne pas vous jeter à la tête des évidences, de vous faire confiance en quelque sorte, de doser la stimulation, qu’elle soit juste suffisante pour que vous puissiez mettre en route votre cinéma et souhaiter que l’histoire va vous plaire.

Average Rating: 4.4 out of 5 based on 285 user reviews.

Je l’avais bien dit, qu’ils nous bourraient la caisse et pas seulement avec la liberté. On peut choisir entre les conneries des religions ou celles des états, avouez qu’il n’y a pas de quoi sauter au plafond, ce qui est dangereux pour la tête.

Chaque année, quand elle commence à tirer à sa fin, je m’interroge pour savoir si je vais encore une fois souhaiter la prochaine « bonne » à mes amis parce que bonne c’est un peu à tout faire et que tout faire c’est un peu beaucoup. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 270 user reviews.


Je n’avais jamais pensé, jusqu’à maintenant ou plus précisément à cette nuit du 28 septembre, que la liberté du modèle pouvait être mise en parallèle avec les rapprochements qui me sont coutumiers. Les deux « sujets » s’inscrivent dans l’espace de l’art et le premier rapproche de manière absolue le modèle de l’artiste et plus exactement deux artistes comme j’ai mis tant d’années à m’en apercevoir. Le binôme qui alors se forme se trouve être dans une position doublement exceptionnelle. Les protagonistes de l’aventure sont libérés des conventions, en l’occurrence des règles (la morale !) et aussi de l’argent, les deux  régissant habituellement les rapports modèles/artistes. C’est bien là que réside le côté scandaleux de cette situation, car après la disparition des deux facteurs que je viens  d’évoquer il ne reste que le plaisir teinté peut-être dans certains cas d’un soupçon d’inquiétude ou de vertige tant les contraintes qui nous sont imposées par nos sociétés pour nous réduire ont fait naître en nous un sentiment de panique, les annihiler d’un commun accord fait l’effet d’une chute dans un trou d’air  C’est cet accord dans le rapprochement, dans la fusion des intentions, qui je le rappelle a choisi de manière délibérée l’art comme espace d’habitation, ce qui aux yeux du public ne fait que renforcer le sentiment de scandale tant cet espace lui a toujours paru en être le lieu privilégié. Continuer la lecture de

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 195 user reviews.


Rien ne pouvait mieux convenir pour montrer le toucher du modèle que la photographie, sans pour cela faire de moi un photographe, et si un premier toucher fut celui de Pernilla en 1983, je n’ai jamais dit que « modèle » serait toujours une personne, mais si c’est le cas souvent, mes questions nous font bien rire.

Puis-je vous toucher ?

Oui

Où ?

Stupeur ou hilarité, car ce « où » peut être entendu de deux façons :

1– Quelle partie de vous puis-je toucher

2 – En quel lieu voulez-vous que je vous touche ? (la place publique, la plage, le parking, la salle à manger, que sais-je encore !)

J’exagère, mais pas beaucoup ! Continuer la lecture de

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 233 user reviews.


J’ai passé beaucoup de temps à vous proposer des distractions, des pas chères à la portée de tous. Rappelez-vous les coloriages (d’aréoles) à proposer au cours des réunions de familles, ou encore le toucher du modèle qui n’est pas plus compliqué, il faut trouver dans l’assemblée une (un) volontaire et poser la question : « puis-je vous toucher ? Mais après, il n’y a plus de problème. Non, tout s’arrête et on en parle plus, oui et vous pouvez procéder à l’attouchement, il est alors conseillé de le pérenniser par une photographie en tant que souvenir de l’évènement.

Qu’est-ce qu’on peut toucher ? Continuer la lecture de

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 178 user reviews.